Vous êtes ici

Un demi-siècle de transformation

LE BLOC-NOTES DE...

Khalid Malleck

Adviser

 

 

 

Blanche, Birger a assisté et surtout a activement contribué à révolutionner le monde de la technologie à Maurice ces cinquante dernières années. En effet, l’ouverture du bureau à Port-Louis en 1953 coïncida avec la période qui pourrait être qualifiée de la ‘Préhistoire’ de l’informatique à Maurice. La transformation a débuté par l’introduction pour la première fois par Blanche, Birger de la semiautomatisation du matériel comptable dans les banques.
 

La Mauritius Commercial Bank (MCB) s’est dotée de son premier système informatique, le NCR Century 100, dans les années ‘70 pendant que l’arrivée sur le marché global du système informatique « Main Frame » remplaçait graduellement le système NCR 32/33 composé de fiches de compte.
 

À l’époque, le traitement de données électroniques de plusieurs compagnies se faisait en interne chez Blanche, Birger (E.D.P- Electronic Data Processing). L’informatisation des fiches de paie, des comptes débiteurs et créditeurs, ainsi que la comptabilité générale figurent parmi nos premières applications.

Par la suite, nous avons été chargés d’informatiser l’ensemble du secteur bancaire.

Nous avons vite adopté la tendance de l’époque avec la fabrication d’ordinateurs de taille moindre et l’avènement des tubes à rayons cathodiques grâce auxquels un écran peut maintenant être utilisé comme périphérique d’ordinateur. C’est ainsi que le monde informatique à Maurice a franchi l’ère de l’interactivité et a fait ses adieux aux cartes et bandes perforées.

Dans les années ‘80, le premier micro-ordinateur a fait son apparition dans le monde grâce à des puces miniaturées en très grande échelle d’intégration. En parallèle, Blanche, Birger, en collaboration avec les institutions financières et ses partenaires étrangers (NCR et Datacard), lança le célèbre Guichet Automatique Bancaire pour (GAB-ATM), ainsi que le premier système de cartes magnétiques à Maurice, connu comme 24 heures Mr Best, permettant aux clients de la banque de retirer de l’argent directement de leurs comptes sur le GAB. Il nous a fallu alors relier les GAB au serveur central en utilisant des bandes passantes à haut débit, initiative de la Mauritius Telecom. Blanche, Birger a installé et maintenu ces nouveaux modes de paiement qui font de chaque citoyen un élément du processus d’informatisation dans le système bancaire.
 

“L’ouverture du bureau à Port-Louis en 1953 coïncida avec la période qui pourrait être qualifiée de la ‘Préhistoire’ de l’informatique à Maurice.”


Par ailleurs, le premier centre d’appels vit le jour à Maurice, lancé par la Mauritius Telecom, avec la collaboration de Blanche, Birger pour son logiciel d’application.

Blanche, Birger a aussi été le premier à démontrer l’évolution de l’informatique, dans les années ‘80, lors des élections, à travers la diffusion en direct sur la chaîne nationale de télévision, la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC), des résultats des bulletins de votes et, par la suite, pour la première édition des Jeux des Iles organisés à Maurice en 1985.

Entre le début des années 90 et la fin du 20e siècle, l’évolution de la technologie a été fulgurante. L’Internet a grandement contribué à faciliter l’aspect communicatif entre les systèmes informatiques. Le Web programming et designing firent leur entrée à travers des portails et le développement des applications sur des appareils numériques portatifs handset était désormais possible. Le Cloud Computing et la technologie de la virtualisation a alors aussi permis aux systèmes informatiques de travailler sur un seul serveur physique, opérant sous différents types d’environnement.

Aujourd’hui, chez Blanche, Birger, nous relançons, comme quand nous venions de débuter, un service complet en interne pour nos clients qui veulent externaliser leurs services informatiques (Outsourcing) ou héberger leurs systèmes dans un environnement conforme aux normes internationales. Sur la même lancée, Blanche, Birger, en collaboration avec son associé sud-africain, Continuity SA et la Mauritius Telecom, a lancé le centre de données Continuity Mauritius pour répondre aux besoins du marché mauricien, se rapportant au business continuity : la sauvegarde de données pour des systèmes critiques.

Et voilà qu’arrive le SMAC (Social, Mobile, Analytics et Cloud Computing), la terminologie de demain pour la nouvelle smart génération.
 



Khalid Malleck a fait ses études au Canada. Employé comme ingénieur informatique par NCR Montréal, il décidera de retourner au pays et rejoignit la firme Blanche, Birger, motivé par l’objectif de promouvoir la technologie de l’informatique et de la télécommunication dans différents secteurs de l’économie mauricienne et y a ainsi occupé plusieurs postes, dont celui de directeur général. Il a aussi été membre du National Computer Board pendant plusieurs années et a agi comme conseiller du ministre des Tic (2008).

Source : business magazine - No 1117 du 29 janvier au 4 février 2014

Menu
Contact Menu