You are here

Virtualisation

Vikash VenkiahLE BLOC NOTES DE…

Vikash Venkiah

Systems Engineer

 

 

 

La virtualisation des serveurs consiste à faire fonctionner un ou plusieurs systèmes d’exploitation/d’applications, sur un ou plusieurs ordinateurs - serveurs/système d’exploitation, au lieu d’en installer un seul par machine. On appelle serveur privé virtuel ou encore environnement virtuel ces ordinateurs virtuels. La commercialisation de ce service a débuté à Maurice en 2007. Ce fut très novateur, voire extraordinaire, il y a encore six ans. Avant la virtualisation, les entreprises achetaient un serveur sur lequel elles installaient un système d’exploitation, puis une application. On ne pouvait installer qu’un système d’exploitation unique sur le serveur. Ce qui signifie que l’on utilisait que 10 % de la capacité des processeurs, les 90 % étant inutilisés. Désormais, on installe un hyperviseur sur le serveur et c’est lui qui effectue la virtualisation. Il permet d’installer plusieurs systèmes d’exploitation et donc une exploitation optimale du serveur.

La virtualisation présente plusieurs intérêts. Elle permet une utilisation optimale des ressources d’un parc de machines, en répartissant des machines virtuelles sur des machines physiques en fonction des charges respectives. Elle permet d’installer, de déployer et de transférer aisément des machines virtuelles d’une machine physique à une autre. Elle permet de réaliser des économies sur le matériel par mutualisation (consommation électrique, entretien physique, surveillance, support, compatibilité matérielle, etc.). Elle permet d’effectuer des installations, des tests, des développements, ou encore du cassage avec la possibilité de recommencer sans dommage pour le système d’exploitation hôte.

La virtualisation permet aussi de sécuriser et/ou d’isoler un réseau en cassant des systèmes d’exploitation virtuels, mais pas des systèmes d’exploitation hôtes qui sont invisibles pour l’attaquant, et en réalisant des tests d’architectures applicatifs et réseau. Elle permet d’isoler différents utilisateurs simultanés d’une même machine (utilisation de type site central). Elle permet une allocation dynamique de la puissance de calcul en fonction des besoins de chaque application à un instant donné. Enfin, elle permet de diminuer les risques liés au dimensionnement des serveurs lors de la définition de l’architecture d’une application, l’ajout de puissance étant alors transparent.
 

« DANS LA PRATIQUE, LA VIRTUALISATION DONNE L’OPPORTUNITÉ AUX ENTREPRISES DE RÉALISER DES BÉNÉFICES PHYSIQUES ET FINANCIERS. »


Dans la pratique, la virtualisation donne l’opportunité aux entreprises de réaliser des bénéfices physiques et financiers. En effet, elle leur permet de diminuer leurs coûts opérationnels, en utilisant moins de serveur, donc moins d’espaces dans les centres de données, ce qui se traduit par moins de chaleur dégagée et donc une facture énergétique réduite.

Le contexte économique actuel incite les entreprises à optimiser leurs ressources, et donc à chercher tous les moyens leur permettant d’aller dans ce sens : le recours aux technologies virtualisation devrait aussi s’accélérer car non seulement il peut permettre de réduire les coûts administratifs, mais il contribue aussi à répondre à certains enjeux de continuité de business et de time-to-market. Toutefois, les raisons du recours à la virtualisation ne sont pas homogènes. Elles varient selon le profil, l’activité de l’entreprise, ses contraintes et les environnements concernés.

Les responsables de développement, par exemple, évoquent des besoins pour leurs plates-formes de développement et le déploiement rapide de leurs applications. Il s’agit le plus souvent de besoins éphémères (mise en production sur X serveurs pendant une période donnée) mais qui peuvent se répéter régulièrement dans le temps.

Les entreprises en phase de migration d’applications tournant sur de nouveaux environnements technologiques évoquent des besoins portant sur des problématiques d’évolution de leurs plates-formes afin d’atteindre une taille critique. Pour elles se pose la question d’ajouter des serveurs physiques qui nécessitent des investissements ou de faire partir la pré-production sur des solutions virtualisées (serveurs et/ou systèmes d’exploitation).


 



Profil

Vikash Venkiah est ingénieur systèmes chez Blanche, Birger qu’il a rejoint en 2005. Il détient une licence en physique de l’Université de Maurice.

 


Source : BUSINESS MAGAZINE - 1111  du 11 au 17 décembre 2013

Menu
Contact Menu