You are here

CYIndex 2018. Mauritius performing well, but vulnerable to cyber-attacks

MAURICE AMELIORE son degré de maturité en cyber-sécurité à l’heure où des pays du monde entier, notamment les puissances mondiales, subissent des cyberattaques. Selon une enquête menée par BIRGER. en collaboration avec DCDM Research sur la cyber-sécurité, au troisième trimestre de 2018, le pays a amélioré sa performance, passant de modéré (62,5) en 2017 à élevé (71) en 2018. Le CYIndex démontre une bonne maturité en cyber-sécurité. Au total, 211 répondants de 9 territoires différents, qui font partie du BIRGER. Client Network, ont participé à ce sondage.

 

Les résultats ne sont pas limités qu’à Maurice, car bien qu’étant une entreprise mauricienne à base informatique, BIRGER. a une empreinte panafricaine. 48% des répondants sont ainsi issus de l’océan Indien et d’Afrique. C’est le deuxième sondage mené par l’entreprise mauricienne après celui de 2017.

 

Parwez Bhugalee, Executive – Marketing and Business Development de BIRGER., fait ressortir que “les industries dans notre région subissent des attaques  pertinentes et spécifiques à Maurice. Le pays peut effectivement ne pas être concerné par les attaques dont font l’objet d’autres pays. Le sondage a été effectué dans le souci de savoir et identifier ce qui est en rapport avec Maurice“.

 

Par ailleurs, le Global Cybersecurity Index classe Maurice à la première position en Afrique sur le plan de la cyber-sécurité, juste devant le Rwanda. Sur la scène internationale, le pays occupe la sixième place.

 

En  dépit de sa bonne performance, Parwez Bhugalee estime que Maurice n’est pas à l’abri des cyberattaques. Le sondage pointe en effet des attaques comme le malware et le ransomware. “Aujourd’hui, les attaques évoluent rapidement. Tous les secteurs sont vulnérables, notamment la finance, le secteur bancaire et la santé. La cyber-sécurité n’est plus une question de ‘si’ mais de ‘quand’“, souligne-t-il. Valeur du jour, Maurice continue de se protéger de manière traditionnelle. Les entreprises sont réactives au lieu d’être proactives.

 

Fabrice LARETIF

Page 10 | Business Magazine No1371 | du 16 au 22 janvier 2019

 

Download a scanned copy of the article

 

Menu
Contact Menu