You are here

Cybersécurité: relais de croissance de BIRGER. en Afrique

Jacques Harel, CEO de BIRGER., espère grignoter 10% du marché de la cybersécurité

 

Ce 12 septembre marque une nouvelle étape dans l’histoire de BIRGER., société mauricienne fondée en 1957. Elle inaugure ce lundi un Cyber Defense Centre – le premier dans la région – en partenariat avec l’américain Symantec.

 

Il est un fait qu’aujourd’hui, les entreprises et organisations, quelle que soit leur taille, dépendent davantage des systèmes informatiquespourla sauvegarde de leurs données et la gestion de leurs activités. Dans ce contexte, BIRGER. s’est associée au géant américain Symantec, renommé pour ses logiciels de cybersécurité – protection des périphériques mobiles et du courrier électronique, prévention des pertes de données, entre autres –, afin de créer un Cyber Defense Centre (CDC). Ce dernier, situé dans un bâtiment de 2 400 m2, à Phoenix, sera inauguré le 12 septembre.

 

Ce partenariat offre de nouvelles perspectives à BIRGER., qui s’est donné les moyens d’aménager un centre à la pointe de la technologie dans une ancienne usine de fabrication d’aluminium lui appartenant, au coût de Rs 60 millions. Un investissement à la hauteur des activités qu’abritera le CDC et des ambitions communes des deux parties prenantes du projet, fait ressortir Jacques Harel, Chief Executive Officer (CEO) de BIRGER.

 

Convaincu du potentiel de la cybersécurité, BIRGER. mise beaucoup sur le CDC en tant que nouveau relais de croissance en Afrique. Pour mener à bien ses objectifs, la société mauricienne compte d’ailleurs sur le savoir-faire de son allié américain. «Le marché de la cybersécurité en Afrique a été évalué à $ 300 millions. Or, par le biais de notre CDC, nous espérons générer un chiffre d’affaires de $ 30 millions annuellement», avance Jacques Harel, soit 10 % de parts de marché. Un but tout à fait réalisable, estime le CEO, expliquant que pour l’atteindre, BIRGER. compte cibler des clients dans les milieux bancaire, de l’assurance, des télécommunications, voire dans le secteur gouvernemental, sur le continent.

 

Quant aux responsabilités, elles seront partagées entre les deux partenaires alors que Symantec se chargera de l’action commerciale et de la formation du personnel. La gestion de celui-ci et des infrastructures reviendra à BIRGER.

 

Il est à souligner que le centre de Phoenix est le premier CDC de Symantec dans la région, après l’Inde, Singapour, l’Australie, le Japon et les États-Unis, où la firme en compte deux. L’inauguration, ce lundi 12 septembre, sera suivie d’une série d’événements visant à promouvoir le centre auprès de clients potentiels. Ainsi, une journée dédiée à la cybersécurité est prévue le 13 septembre. Puis, les 14 et 15 septembre, auront lieu respectivement des présentations à l’intention des banques et une journée portes ouvertes. En outre, BIRGER. prendra part à deux colloques au cours du XVIe Sommet de la Francophonie, les 26 et 27 novembre à Madagascar.

 

Hors des côtes mauriciennes, BIRGER. est présente aux Seychelles et dans la Grande île, de même qu’au Rwanda, en Afrique de l’Est. Avec le CDC, la société entend étendre son empreinte en Afrique de l’Ouest également, indique Jacques Harel. «Le lancement de notre CDC n’est que le début de l’aventure dans le monde de la cybersécurité, qui est un enjeu mondial», annonce le CEO de BIRGER.

 

Le CDC de Phoenix est l’aboutissement d’un projet conçu il y a deux ans. Il cadre avec la volonté de BIRGER. d’insuffler une nouvelle énergie à ses activités, notamment au moyen d’un rebranding au mois d’avril (NdlR: le groupe était anciennement connu comme Blanche, Birger), de même qu’une restructuration en six business units fortement orientées vers les dernières technologies. Désormais un «brand on its own», selon les termes de Jacques Harel, BIRGER. affiche plus que jamais son intention de porter son expansion régionale à un niveau supérieur.

 

Source : Business Magazine No. - 1251 - du Mercredi 7 Septembre 2016 au Mardi 13 Septembre 2016

 

Menu
Contact Menu